En dépit des polémiques stériles autour de l’union sacrée, celle-ci prend forme et se dessine lentement, mais sûrement. L’informateur nommé par le chef de l’Etat, l’honorable modeste BAHATI LUKWEBO, multiplie les rencontres et affiche une sérénité qui augure de l’efficacité et la minutie de son travail.

Sa rencontre avec Madame Stéphanie Mbombo ce jeudi 21 Janvier, s’inscrit dans cette visée.  le Cercle des Réformateurs Intègres du Congo, CRIC en sigle, parti politique soutenant la vision du chef de l’Etat son Excellence Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo, il était normal de féliciter l’informateur et lui assurer de leur parfaite disposition à servir la République dans le cadre de l’union sacrée pour la nation.

Par ailleurs, Madame Mbombo tenait à porter à la connaissance de l’informateur les encouragements et les besoins des populations qu’elle enregistre dans ses multiples missions sur terrain.

LE SENS DE L’HISTOIRE

Lorsqu’on l’interroge sur sa détermination et l’urgence qu’elle affiche dans son action, madame Mbombo répond :
« Une fois de plus, notre pays se trouve à la croisée des chemins comme ce fut le cas il y a 60 ans. Nous venons de commémorer le destin brisé d’Emery Patrice LUMUMBA. Hero illustre qui rappelle à nos consciences, combien le sort de notre pays dépend de nous, avant de dépendre des autres. L’union sacrée de nations est une chance inespérée pour rattraper les erreurs du passé. »

 
UNE OPPORTUNITE HISTORIQUE


Pour la présidente de CRIC, il est manifeste que l’union sacrée est donc une opportunité historique, largement plébiscitée par le peuple congolais qui a compris d’instinct que c’est le chemin de la sagesse. Elle s’insurge :
« Les acteurs politiques devraient s’en saisir, sans calcul comme une véritable opportunité, afin de produire ensemble un avenir meilleur pour la nation. »

Elle ajoute :
« L’union sacrée est de nature à révéler le sens patriotique des acteurs politiques. Nous sommes appelés à dépasser nos ambitions personnelles pour nous pencher au chevet du pays qui n’a jamais eu autant besoin de ses enfants. 
C’est l’occasion pour les partis politiques, action à l’appui, de renouveler leurs engagements sociaux, de faire ainsi la démonstration de leur volonté à travailler pour l’intérêt général et non à la distribution de privilèges. L’urgence sociale est telle, que les dignes fils du pays doivent s’arrêter pour redéfinir leurs priorités. Le temps mort voulu par le chef de l’Etat les enjoint, non pas au positionnement, mais à l’introspection et à la requalification des valeurs patriotiques, qui sont supposées être le creuset de notre engagementpolitique et au courage que requiert l’action politique lorsqu’elle est noble. »

UN PHENOMENE QUI IMPRESSIONNE

Une déferlante bleue embrase actuellement le pays. Comme une vague , elle se répand de bouches à oreilles : le phénomène CRIC ne laisse personne indifférent à son passage. Tel un vent de liberté animé par la jeunesse, le parti CRIC (Cercle des Réformateurs Intègres du Congo) détonne par l’aplomb de ses animateurs, elle séduit par son dynamisme et son pragmatisme. On est étonné par leur maitrise des dossiers. CRIC est à lui seul, le signal que quelque chose de nouveau se passe dans la conscience politique congolaise. Ce jeune parti politique ne manque pas d’atouts.

En effet, à de nombreux égards, il se distingue de nombreuses formations politiques :
CRIC est un parti politique dirigé par une femme, un point de détail, mais singulier dans le paysage politique congolais.

Ainsi une question se pose, qui est   Madame Stéphanie Mbombo?

Avec un cursus professionnel fortement pertinent, Stéphanie est une Jeune femme dynamique, intellectuelle engagée et vive d’esprit. Juriste de formation à l’université Protestante du Congo (UPC), son parcours professionnel révèle une expertise pointue, dont la République devrait tirer le meilleur parti. Diplomate, elle a sillonné le monde où elle a dirigé des missions stratégiques de premier ordre, notamment en Australie pour le secteur des mines. Un bagage d’autant plus rare, qu’elle complètera sa formation par un master complémentaire en droit européen à l’université libre de Bruxelles (ULB). C’est donc tout naturellement qu’elle va rechercher à doter CRIC de talents divers et variés.

Ce qui en fait un vivier régroupant de nombreux experts congolais: professeurs, médecins, économistes, ingenieurs, avocats, techniciens en tous genres. Une sélection solide, d’hommes et femmes engagés de toutes les provinces du Congo et de la diaspora, prêts à servir leur pays avec passion et intégrité.

Pour eux, la politique est avant tout une affaire de priorité. Et leur priorité à eux consiste à redonner au Congolais sa dignité perdue, arrachée par la guerre et les massacres à L’Est du pays. Lui rendre sa dignité par le travail à la faveur de l’entreprenariat, qu’ils entendent promouvoir.

Pour CRIC pas de développement sans eau, sans électricité.
Pas de paix sans justice.
Pas d’excellence sans éducation.
Plus qu’un parti, CRIC semble être un état d’esprit, un engagement citoyen.

Bref, un parti à suivre.

Jinette Kif

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s