Le prince héritier et dirigeant de facto d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a approuvé le meurtre en 2018 du journaliste Jamal Khashoggi, selon un rapport des services secrets américains à la presse, a déclaré l’EFE.

Le prince héritier et dirigeant de facto d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a approuvé le meurtre en 2018 du journaliste Jamal Khashoggi, selon un rapport des services secrets américains à la presse, a déclaré l’EFE. Mercredi, la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré aux journalistes que le « rapport déclassifié » serait publié prochainement par la directrice nationale de l’information Avril Haines.

Il a également déclaré que le président américain devrait prochainement parler au téléphone au roi Salmane d’Arabie saoudite, le père de Mohammed, connu sous le nom de MBS et interlocuteur privilégié de la diplomatie de Trump. Jen Psaki a confirmé l’intention de Joe Biden de « recalibrer » la relation avec Riyad par rapport à la précédente administration américaine, parfois accusé d’avoir fermé les yeux sur la question des droits de l’homme en relation avec son proche allié. « Cela signifie que vous ne resterez pas silencieux, vous le direz haut et fort lorsque vous êtes préoccupé par les violations des droits de l’homme, le manque de liberté de la presse et d’expression », a-t-il déclaré.

La publication du rapport Khashoggi pourrait être le premier test de « recalibrage », selon l’agence France-Presse. Le Saudi Jamal Kashoggi, 59 ans, résident des États-Unis et chroniqueur au Washington Post, a été assassiné au consulat de son pays à Istanbul (Turquie) le 2 octobre 2018 par des agents saoudiens. Le Sénat américain, qui a eu accès aux conclusions des services de renseignement, a considéré à l’époque que le prince héritier était «responsable» du meurtre. Riyad a d’abord nié toute responsabilité, mais a déclaré plus tard que le journaliste avait été tué accidentellement par des agents qui tentaient de l’extrader.

La version officielle de l’Arabie saoudite est que ces agents, liés à Mohammed ben Salmane, ont agi de leur propre chef et que le prince n’était pas impliqué. Huit personnes ont été condamnées en Arabie saoudite pour la mort de Khashoggi, dont cinq étaient la peine capitale. Ces peines ont ensuite été commuées en 20 ans de prison.

Al Sabhak

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s