L’homme d’affaires le plus riche de la Russie, Vladimir Potanine, a averti le gouvernement de son pays que le pays reculerait de plus de 100 ans s’il mettait à exécution sa menace de confisquer les actifs des entreprises qui ont quitté le pays après l’invasion de l’Ukraine.

Des nombreuses entreprises américaines, européennes et japonaises, dont McDonald’s, Ikea, KFC, Adidas, Nike, Coca-cola, etc., ont abandonné des coentreprises, des usines, des magasins, des bureaux et d’autres actifs au cours des deux dernières semaines en réponse à l’invasion russe de l’Ukraine et des sanctions. Poutine a menacé la semaine dernière de nationaliser les entreprises qui ont quitté la Russie.  

Potanine est le milliardaire le plus riche de Russie et vaut toujours environ 22,5 milliards de dollars, selon Bloomberg. Il est le président du géant des métaux Norilsk Nickel (NILSY) et son principal actionnaire. Norilsk Nickel est le plus grand producteur mondial de palladium et de nickel de haute qualité, ainsi qu’un important producteur de platine et de cuivre. L’entreprise et ses principaux produits ont échappé aux sanctions punitives imposées par les pays occidentaux qui ont critiqué l’économie russe.

Potanine a maintenant déclaré que la Russie risquait de revenir à l’époque de la révolution de 1917 si elle claquait la porte aux entreprises et aux investisseurs occidentaux. L’homme d’affaires a déclaré que Poutine devrait faire attention à la manière dont le gouvernement russe procède en ce qui concerne la saisie des actifs.

« Premièrement, cela nous ramènerait cent ans en arrière, en 1917, et les conséquences d’une telle mesure – une méfiance mondiale à l’égard de la Russie de la part des investisseurs – que nous subirions pendant de nombreuses décennies« , a-t-il déclaré dans un message publié sur le compte télégramme de Norilsk Nickel. « Deuxièmement, la décision de nombreuses entreprises de suspendre leurs opérations en Russie est, je dirais, de nature quelque peu émotionnelle et peut avoir été prise à la suite d’une pression sans précédent exercée sur elles par l’opinion publique à l’étranger. Il est donc fort probable qu’elles reviendront. Et personnellement, je leur garderais une telle opportunité », a-t-il ajouté.

Source: Afrikmag  

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s