Les pays de la SADC se sont engagés à faire sortir l’Afrique de son immobilisme en mettant en place des politiques industrielles qui permettraient au continent d’offrir une alternative qui manque au monde.

Les ministres de l’Industrie, Julien Paluku et son collègue de l’Intégration régionale, Didier Mazenga au milieu de deux fonctionnaires de la SADC lors de la conférence de presse sur la 6ème semaine d’industrialisation le 01 août 2022 à Kinshasa

Les États membres de cette organisation régionale qui se réunissent à Kinshasa du 02 au 06 août 2022, vont réfléchir sur les raisons de l’exportation des matières premières en lieu et place d’en faire bénéficier les Africains de sa valeur ajoutée.
Le ministre congolais de l’Industrie, Julien Paluku a estimé lundi lors d’une conférence de presse au fleuve Congo hôtel, que l’angle évoqué constitue le sens de la 6ème semaine d’industrialisation qui s’organise à Kinshasa. Cette messe se tient en marge du sommet des chefs d’État de la SADC qui va porter le président congolais Félix Tshisekedi à la tête de l’organisation.

Promouvoir l’industrialisation au moyen de la l’agro-transformation, la valorisation des minéraux et du développement les chaînes de valeur régionales en vue de réaliser une croissance économique inclusive et résiliente, tel est le thème de cette rencontre dont l’ouverture officielle a lieu ce mardi au Palais du Peuple.

A en croire le patron de l’Industrie en RDC, les pays de la SADC veulent que l’Afrique commence aussi à identifier les problèmes et besoins des autres pour asseoir sa politique industrielle. D’ailleurs, a-t-il, souligné, c’est le sens de ce thème visant à créer des chaînes de valeur sur les matières premières.

D’autres États ont imagé les problèmes qui se passent ailleurs et axé leur politique industrielle sur les besoins des autres. C’est ainsi bien qu’aux États-Unis, en Europe ou en Chine, il n’y ait pas de guerre mais ils ont compris que nous, nous aimons la guerre d’où, ils ont investi dans l’industrialisation des armes[…] Les États-Unis sont les premiers fabricants des armes mais il n’y a pas de guerre là-bas, l’Europe est parmi les premiers fabricants d’armes mais il n’y a pas de guerre, c’est à peine qu’on apprend la guerre de l’Ukraine et la Russie ça date du mois de février […], a-t-il fait remarquer.

Avant d’ajouter, « Aujourd’hui, c’est la transition énergétique et écologique, vous avez suivi que le Parlement européen a adopté une loi qui interdit l’utilisation des moteurs thermiques en 2035. C’est-à-dire toutes les voitures diesel (donc à essence) ne vont plus circuler sur le continent européen et seront remplacées par des voitures électriques, ils auront besoin de batteries électriques. Donc, eux ont un besoin, nous pays de la SADC, devons savoir comment couvrir ce besoin là. Couvrir ce besoin demande de créer une chaîne de valeur de transformation des produits que nous avons ici (Cobalt, Lithium, Manganèse, Nickel) dont nous nous vantons d’être les producteurs mais qui ne nous servent pratiquement à rien ».


Paluku a rassuré que cette valeur ajoutée va permettre la croissance des économies africaines. Il est impensable, illustre-t-il, qu’un pays comme la RDC puisse avoir un budget de 10 milliards de dollars américains quand une commune allemande a un budget de 7 milliards. « Il est impensable que des commerces intra-africains soient évalués à moins de 20% des échanges alors que le commerce entre nous et les autres est évalué à plus de 80% », a-t-il laissé entendre.

L’exgouverneur du Nord-Kivu affirme que si le commerce entre les Africains n’évoluent pas, c’est parce qu’ils ne transforment pas leurs produits. Et pourtant, a-t-il précisé, les marchés sont disponibles notamment en Chine, aux États-Unis (avec l’AGOA qui permettent aux pays africains d’exporter des produits sans paiement de douane), en Afrique également il y a près d’un milliard de consommateurs.


Ainsi, Julien Paluku a lancé un appel aux partenaires de la SADC pour participer à la sixième semaine d’industrialisation afin de réfléchir sur les possibilités d’exploiter les filières existantes, les transformer et les vendre aux autres. Le ministre congolais de l’Intégration régionale, Didier Mazenga et deux responsables de la SADC ont également participé à cette conférence de presse.

Rédaction Infosmonde.net

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s