Le Rwanda choisit de bombarder les écoles, tuant deux enfants congolais! le sang des innocents a coulé ce vendredi dans le Rutshuru, donnant lieu à une guerre des communiqués entre les deux armées voisines.

Des boulets d’explosifs partis du Rwanda ont semé mort, panique et désolation en RDC. Deux gamins congolais ont été fauchés par une dizaine de bombes rwandaises. Les armées de deux côtés sont en alerte maximale.

Depuis 16h25 de ce vendredi 10 juin 2022, l’armée rwandaise a tiré une dizaine de bombes sur le territoire de la République démocratique du Congo », alertent les Forces armées de la RDC. « Ces bombes tirées par des canons à longue portée à plus de 22 kilomètres à partir du territoire rwandais ont explosé à Biruma et à Kabaya, localités situées dans le groupement de Kisigari, chefferie de Bwisha dans le territoire de Rutshuru », précise le communiqué du général Sylvain Ekenge Bomusa Efomi, porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu.
Une escalade planifiée et exécutée par les Forces de Défense du Rwanda (RDF) dont des colonnes entières ont été interceptées dans la région depuis plus de 48 heures.

Le Rwanda tue deux enfants innocents pour venger ses deux soldats capturés à Biruma

Alors que son armée a toujours donné l’impression d’être l’une des plus développées du continent, le Rwanda a choisi carrément de se décharger sur des paisibles populations innocentes. Pire, sur des jeunes écoliers. En les tuant les deux gamins à la bombe, l’armée de Paul Kagame brise l’espoir de leurs familles.

Une situation qui revolte toute la communauté congolaise et vient confirmer le caractère terroriste des Forces de Défense du Rwanda (RDF). Le communiqué des FARDC cite nommément deux enfants de 6 et 7 ans. Il s’agit de « deux enfants de sexe masculin tués. Ishaka Mapenzi âgé de 7 ans et Jérémie Nziuvira âgé de 6 ans. Un autre garçon dont l’identité n’a pas été précisé a été blessé et admis dans un centre hospitalier de la place », précise le communiqué. La vengeance rwandaise à l’aveuglette vient attrister toute une nation par le fait d’une guerre imposée à la RDC par Kigali et ses alliés terroristes.

Ces attaques ont été successivement menées à une distance de cinq kilomètres et demi et un kilomètre et demi à l’Est du camp militaire de Rumangabo. Ce qui corrobore la thèse d’un plan de déstabilisation de la RDC ourdi par le régime de Kagame. Jusque tard dans la soirée de vendredi, les familles des victimes étaient inconsolables au point de se demander’ « quels seraient donc les vrais mobiles de cette guerre brutale au zénith des animosités anti-congolaises de la part des Rwandais ». C’est donc à Biruma que les deux soldats rwandais furent capturés le 28 mai dernier avec la collaboration citoyenne des habitants du coin. 

Cet acte patriotique n’avait pas été du goût des Rwandais. Eux et leurs supplétifs du M23 n’ont pas toléré la grave humiliation qu’ils avaient essuyée à la face du monde lorsque les deux soldats avaient été filmés avec leurs tenues officielles, matériels de guerre et identifiés indiscutables. Eux (les Rwandais), qui tiennent tant à maintenir les Congolais dans une frousse perpétuelle pour chercher à chaque fois, à dissimuler la vérité autour de leur présence documentée, photographiée et filmée sur le territoire de la République démocratique du Congo.

《A ce sujet justement, les FARDC confirment que pour non seulement justifier ces bombardements destinés à punir la population qui avait aidé à capturer les militaires des Forces spéciales rwandaises, mais aussi flouer et tromper la communauté internationale sur ses intentions belliqueuses, le Rwanda a publié un communiqué selon lequel les FARDC auraient tiré des bombes sur le territoire rwandais, se moque l’armée congolaise.》

Les mensonges de l’armée rwandaise et du M23 démasqués

Enfin, la communication des FARDC permet de restituer les faits dans leur plus grande clarté et détails vécus. L’armée signale en effet, que le Rwanda a toujours usé d’une stratégie de dissimulation de la vérité : « Habitué à sacrifier ses propres populations, le Rwanda, pour se victimiser et trouver les mobiles pour agresser la RDC, n’a jamais hésité de bombarder son propre territoire pour ensuite tirer des bombes sur le sol congolais », révèle le général Sylvain Ekenge Bomusa Efomi, porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu. C’est la stratégie utilisée notamment pour justifier les dernières attaques de Rumangabo et de Kibumba, ajoute la même source militaire.

Le Rwanda choisit de bombarder les écoles

En plus du bilan humain de ce vendredi, les FARDC font état d’une école réduite en cendres par des grappes rwandaises. « Ce qui constitue un crime de guerre et un crime contre l’humanité », fait observer l’armée congolaise. Pendant ce temps, la communauté internationale balbutie et n’arrive pas à désigner l’armée rwandause comme une force terroriste qui endeuille depuis deux décennies, des familles entières en République démocratique du Congo.

Une attitude incompréhensible qui fait dire à certains Congolais que cette guerre est d’abord une entreprise internationale où s’abreuvent les grandes puissances sans se soucier des millions de morts congolaiss comptabilisés et documentés depuis des nombreuses agressions de la même armée rwandaise. Heureusement que les FARDC ont rassuré : « pour confirmer le soutien de l’armée rwandaise au M23, nous sommes en possession des images des drones attestant l’occupation de Tchanzu et de Runyoni par les Forces de Défense du Rwanda (RDF), confirment-ils.

Rédaction IM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s